,

Bonne année mes chatons

Attention, pour apprécier la lecture de ce message, l’écoute attentive de ce morceau de musique relaxante est recommandée pour ouvrir tous vos putains de chakras.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Haaaa enfin la nouvelle année. Je ne viendrais pas casser la douce litanie de vos gueules de bois qui vous berce depuis le réveillon. Non je ne vais pas parler de la stagflation américaine, de l’annulation du Paris Dakar, de la crise boursière dans le monde qui va en découler ni du malsain rayonnement chinois avec les JO à Pékin au moment même où le Pakistan sombre dans les attentats. Non, car vous le savez déjà.


Je vais plutôt vous parler de vos bonnes résolutions. Oui, je le vois dans votre regard éteint et boursoufflé d’alcool, cette année encore, vous avez pris de « bonnes résolutions ».

Genre, « cette année, je fais du sport », « j’arrête de fumer » ou pire « je m’inscris dans une ONG ». tss tss, mes pauvres petits chats abandonnés sur les routes de la misère existentielle, une fois encore, vous vous êtes fait avoir.


Au lieu de vous dire : « Cette année, je coince Christelle, cette salope de sécrétaire de direction avec ses décolletées de pute et je lui ferais passer l’envie de me sucrer des heures sup’ » ou « à la prochaine AG, je ramène mon club de golf spécial 100 yards et je ne laisse personne repartir vivant », vous allez encore vous complaire dans la fausse culpabilité sociale du « je dois m’améliorer pour correspondre à la masse ».

Oui car à bien y regarder, les bonnes résolutions ne sont qu’une forme déguisée de la pression sociale qui s’exerce sur chacun d’entre nous. Plus haut, plus loin et plus fort, voilà le retour du saint triptyque du uber cadre sup’ ravagé à la coke et au K€ encore une fois jeté à la figure du vulgum pecus, troupeau impuissant et impassible au devant de sa mortelle médiocrité et qui ne cherche qu’à coller aux codes d’un agôn aryen social.

Amis lecteurs, ressaisissez-vous ! Prenez de la coke, une batte de base ball et allez prendre le métro en heure de pointe. Vous m’en direz des nouvelles !*

Et surtout, n’oubliez pas, en 2008 :


* le service juridique de Nofutur décline toutes responsabilités en cas de violence commises suite à lecture de ce sujet, toutes ressemblances avec des faits pouvant se dérouler dans un futur proche serait purement fortuite et dû à une dégénérescence psychologique grave du sujet, qui, au vue de la dernière mise à jour du DSM IV pourrait s’apparenter à un trouble bipolaire.

ACHTUNG ! VORTHITLER EN APPROCHE !

No Futur fait son coming out